S’abonner

À quoi correspond la phase de calibration des boîtiers ?

La calibration d’un boîtier est une opération complexe qui nécessite plusieurs étapes :

 

-       La lecture du format RAW : les fichiers RAW sont en général stockés dans des formats propriétaires non documentés, ce qui nous oblige souvent à faire un travail de « retro engineering » pour pouvoir en extraire toutes les données utiles.

 

-       La mesure du capteur : nous mesurons notamment la réponse colorimétrique sous différents illuminants et le bruit à toutes les sensibilités. Cette opération nécessite en général plus d’un millier de prises de vues qu’il faut ensuite vérifier et transformer en des données exploitables par DxO Optics Pro.

 

-       L’étude du rendu du moteur JPEG : afin de vous offrir un rendu par défaut qui se rapproche le plus possible de celui des fichiers JPEG générés par le boîtier, nous étudions la manière dont le boîtier interprète les données RAW et nous essayons de la reproduire le plus fidèlement possible, en termes de couleur et de contraste.

 

Notez que cette dernière opération est bien différente de l’étude de la réponse colorimétrique du capteur : en étudiant le capteur, nous cherchons à faire la correspondance entre les couleurs perçues par le capteur et les véritables couleurs de la scène. En étudiant le moteur JPEG, nous cherchons à faire la correspondance entre les couleurs perçues par le capteur et les couleurs des fichiers générés par l’appareil.

 

En effet, les constructeurs ne cherchent en général pas à avoir des couleurs 100% fidèles, mais ils introduisent souvent des biais volontaires qui donnent leur « rendu » aux différents boîtiers. Cela donne en général lieu à d’interminables débats entre photographes, afin de savoir par exemple si le « rendu Canon » est meilleur que le « rendu Nikon », ou inversement.

Il n’y a évidemment pas de bonne réponse à ce genre de question, mais l’intérêt de notre travail de calibration est qu’il permet de préserver ce rendu si cher aux photographes, et de retrouver après le développement des fichiers RAW le même rendu que les fichiers JPEG « originaux ». Cela vous permet également de choisir le rendu que vous souhaitez dans DxO Optics Pro et donc d’appliquer un « rendu Canon » sur un boîtier Nikon, ou inversement !

Cet article vous a-t-il été utile ?
Utilisateurs qui ont trouvé cela utile : 0 sur 0
Vous avez d’autres questions ? Envoyer une demande

Commentaires